Plantes d'appartement

Orchidées Cymbidium


Comparé à d'autres orchidées, les Cymbidiums tolèrent mieux le froid et les courtes expositions à la lumière directe du soleil. La température optimale de culture est d'environ 15 à 18 ° C en hiver et de 23 à 25 ° C en été, bien qu'ils puissent tolérer de courtes incursions thermiques à 30 ° C, mais uniquement s'ils sont assurés un degré d'humidité suffisant.Compte tenu également du fait que ces plantes profitent d'une bonne aération, elles peuvent être placées à l'extérieur en automne et à la fin du printemps, toujours cependant après la floraison, pour éviter d'endommager les inflorescences. S'il est élevé dans des zones aux hivers particulièrement doux, un emplacement en extérieur favoriserait à la fois la satisfaction du besoin en froid, afin d'assurer une floraison abondante, et les fortes exigences de lumière de cette espèce. Cependant, nous ne recommandons pas de garder les récipients à l'extérieur pendant la nuit si des changements soudains de température sont prévus en dessous du seuil de 10 ° C. Pendant l'hiver, c'est une bonne idée de garder les plantes loin des sources de chaleur. En fait, des températures élevées pendant la saison de floraison peuvent faire tomber les boutons floraux. Si, au contraire, il est en présence d'une faible luminosité, il est nécessaire de recourir à une forme d'éclairage artificiel.Le taux d'humidité idéal des orchidées Cymbidium est nettement inférieur à celui des autres espèces d'orchidées et est d'environ 50%, cependant, assurez-vous toujours que le substrat de support est constamment humide. De plus, pendant l'été, en particulier dans les environnements chauds et sensuels, il est bon de nébuliser les feuilles fréquemment.Entretien des cultures



Les orchidées Cymbidium, contrairement à ce que l'on pense généralement, profitent de la pratique de la fertilisation. Gardez cependant à l'esprit qu'en faisant pousser des plantes principalement pour la production de fleurs, l'apport en azote ne doit jamais être excessif et nécessiter un bon équilibre avec ceux de phosphore et de potassium, indispensables pour assurer de bonnes floraisons. La règle générale doit donc être de prévoir un apport plus important d'azote (N) en phase végétative (généralement de mai à septembre), tandis que dans les mois précédant la floraison ceux de phosphore (P) et de potassium (K ). Par conséquent, parmi les formulations commerciales, celles ayant un rapport N-P-K de 30-10-10 doivent être choisies dans le premier cas et ensuite produites avec un rapport entre les éléments de 10-30-20. Les engrais liquides, généralement utilisés, peuvent être dissous dans l'eau utilisée pour l'arrosage et le dosage ne doit jamais dépasser 1-2 grammes par litre. N'oubliez pas, cependant, que la fréquence des interventions doit être réduite pendant les mois chauds. De plus, pour éviter une accumulation dangereuse de sels dans le sol, les fertilisations doivent être alternées avec un arrosage sans produit, afin de laver les excédents déposés sur le support.
Les arrosages habituels doivent avoir pour objectif de maintenir constamment le sol humide, mais pas trop imbibé pour éviter la pourriture des racines, à laquelle la plante est souvent soumise. Pour cette raison, nous procéderons à des opérations fréquentes en été et espacées pendant les mois d'hiver. Une technique de plus en plus répandue et assez efficace, à pratiquer une fois par semaine, consiste à conserver le pot dans un récipient rempli d'eau pendant 5 à 10 minutes, puis à s'assurer que l'excédent est drainé avant de remplacer la plante. Une soucoupe dont le fond contient un matériau inerte peut éventuellement permettre un parfait drainage des plantes.
Dans le cas où les plantes présentent des parasites tels que la cochenille cotonneuse, les pucerons ou le tétranyque rouge, il est possible de recourir au nettoyage mécanique des feuilles ou à l'utilisation de produits antiparasitaires spécifiques facilement disponibles sur le marché.

Rempotage



Les Cymbidiums n'aiment pas les interventions drastiques sur l'appareil radical, par conséquent, une attention particulière doit être accordée au rempotage qui est souvent nécessaire tous les 3-4 ans, mais souvent également à des intervalles de temps mineurs en raison d'un nombre excessif de pseudobulbes ou un composé épuisé, s'il n'est pas infesté de parasites. L'intervention doit être effectuée de préférence après la saison de floraison.
Lors de la décantation, les racines séchées ou malades doivent être éliminées par des coupes précises à 10 cm des pseudobulbes et l'utilisation de fongicides spécifiques pour désinfecter les plaies. Par la suite, la plante doit être gardée au sec pendant environ une semaine et dans un endroit abrité pour favoriser une cicatrisation adéquate des coupures.
Lors du choix du nouveau pot, il faut tenir compte du fait qu'un récipient trop grand peut inhiber la floraison en favorisant la phase végétative. Le support de culture est d'une importance fondamentale. Généralement, des produits spécifiques sont utilisés sur le marché, mais des mélanges de différents composants peuvent être utilisés tels que: morceaux d'écorce de conifère, sphaigne, polystyrène expansé, perlite, petites quantités de tourbe fibreuse dont la partie la plus fine a été éliminée. L'objectif doit être d'assurer une bonne aération et un excellent drainage du composé.